Y croire

Elle était plus douée pour choisir ses amis que ses amants.

Ces derniers, elle sélectionnait exclusivement, parmi les nomades—Gitans, Touaregs, Syriens, rescapés en tous genres.

“T’es bien comme ta mère, toi, tu ne t’amouraches que de bras cassés,” lui disait son père. Elle crevait d’envie de lui faire remarquer que ça ne le flattait pas, lui, particulièrement, mais elle ne voyait pas l’intéret de risquer son héritage pour une fierté dont elle n’était même pas fière.

Alors elle ne disait rien, elle finissait son potage et allait lui chercher ses deux yaourts de soir, puis elle remplissait le lave-vaisselle et laissait le vieux devant Ruquier pour aller prendre l’air Gare du Nord.

Chaque jour le campement était un peu plus chamarré, et depuis le démantellement de la Jungle, les artistes s’organisaient en corps de métiers: souffleurs de glace, tailleurs de cônes de chantier, hip-hoppeuses voilées, tricoteurs de serpillères à strass, etc…

Boubacar était danseur. Ça se voyait surtout à ses sourcils, parce-qu’il marchait sans grâce, mais il avait de beaux sourcils bien peignés. Des sourcils de mec qui pense avec ses orteils, qui fait des rimes avec ses genoux, qui rit avec ses fesses et pleure avec ses abducteurs. Avec ses doigts, Boubacar faisait d’autres trucs encore, des trucs pour lesquels elle n’avait pas encore de mots, qui lui faisaient fermer les yeux.

Ce qu’elle aimait le plus chez Boubacar:

  1. les trucs qu’il faisait avec ses doigts.
  2. Le fait qu’il n’allait sans doute pas rester.
  3. Qu’il ait su rêver à un ailleurs autrement, assez fort pour patauger trois semaines dans du gasoil qui lui a fait des cloques, ramper sous des barbelés, porter des bébés osseux, se cacher dans un essieu.
  4. Qu’il soit encore capable de parler d’amour.

Elle, elle avait cessé d’y croire le jour de ses treize ans, quand ses souris blanches étaient mortes dessechées le jour de Noël près du radiateur ronflant. Mais là, sur les nattes en rafia du bitûme de la gare du Nord, elle se prenait à se dire que peut-être, peut-être un jour, ailleurs, autrement, elle saurait dire “je tiens à toi, ne t’en vas pas,” et qu’elle y croirait.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s